pour une école de l’épanouissement et de la confiance

vendredi 27 janvier 2012
par  PAS 38
popularité : 90%

Si dessous, un tract rédigé par le PAS, pour une diffusion auprès du tout public, le 15 décembre et après....

Pour une Ecole de l’épanouissement et de la confiance !

Les enfants
Un enfant a besoin de temps et de confiance pour se construire. Pour devenir le futur citoyen qu’il porte en lui, il a besoin de s’impliquer dans la vie sociale de l’école et dans des projets qui donnent du sens à ce qu’il y fait et lui permettent de s’épanouir dans un climat d’entraide et d’autonomie.
Or depuis quelques années le ministère de l’Education Nationale gère l’Ecole comme une entreprise productiviste. Il faut faire du chiffre, être performant en dépensant le moins possible, être compétitif.
Conséquences sous deux formes :
coupes budgétaires : non remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite, classes plus chargées, disparition programmée des réseaux d’aide aux élèves en difficultés, formations initiale et continue sacrifiées, etc …
idéologique : L’élève, tel un produit est réduit à ses résultats chiffrés ; la compétition devient la règle, entre élèves, entre enseignants, entre écoles. L’éducation de l’enfant, la pédagogie, les projets ne comptent plus. Il faut transmettre des techniques automatiques qui sont immédiatement mesurable par une batterie d’évaluations. Les évaluations nationales et le livret personnel de compétences permettent ensuite le fichage.
Cette conception de l’école, outre qu’elle porte atteinte aux droits de l’homme (fichage et traçabilité des élèves), est très éloignée des valeurs républicaines. Elle met en place un tri précoce, elle pénalise surtout les élèves en difficultés.
Les enseignants
Nous, les enseignants, nous avons besoin de formation, de conseils, de travail en équipe et d’ouverture pour nous perfectionner, et de moyens corrects pour bien fonctionner. Nous avons besoin de construire des projets éducatifs ambitieux pour faire progresser tous nos élèves.
Or la politique du ministère de l’Education Nationale (voir ci-dessus) ne nous permet plus d’atteindre nos objectifs. La formation a presque disparu. Nous n’avons plus de temps pour les projets et la pédagogie car nous devons effectuer toujours plus de tâches administratives, d’évaluations des élèves ; nous devons remplir des tableaux de résultats pour un fichage serré des compétences à venir. Nous qui ne comptions pas notre temps, nous devons désormais justifier (pointer) chaque quart d’heure de nos obligations en dehors de la présence des élèves : concertation, aide aux élèves, rencontres avec les parents, conseils d’école, animations pédagogiques … Et les effectifs des classes sont de plus en plus lourds. On n’aide pas les élèves de la même manière dans une classe de 30 élèves que dans une de 20, surtout avec des réseaux d’aide fragilisés.

Le ministre Luc Chatel projette de remplacer l’inspection traditionnelle des enseignants, que nous souhaitions plus collective et plus formatrice, par un entretien sur les « résultats des élèves » : les scores aux évaluations nationales et aux livrets personnels de compétences décrits plus haut. C’est vraiment du management d’entreprise, seuls comptent les chiffres. Place à l’individualisme (chacun doit « se vendre » contre les autres) et à l’arbitraire. Que les enfants se sentent bien en classe et aient envie d’apprendre n’est pas pris en compte.
Pour nous responsabiliser il envisage des salaires au mérite, sur la base de ces chiffres, tout en ralentissant les changements d’échelon dans la progression de carrière : globalement, nos salaires diminueront, alors que les enseignants français sont parmi les plus mal payés d’Europe.

Que nous soyons ou non en grève le jeudi 15 septembre, nous protestons contre ces dérives dans l’Education Nationale.

Ensemble, parents d’élèves, élus, citoyens, enseignants, nous devons nous opposer à cette gestion anti-démocratique de l’Ecole, qui détruit la pédagogie, qui empêche les progrès de tous les élèves et notamment des élèves en difficultés, qui déstabilise et épuise les enseignants.

Ensemble, résistons
pour une Ecole de l’épanouissement et de la confiance !

Redonnons du sens à l’Ecole !

Tract rédigé par un syndicat enseignant, le PAS.


Documents joints

Word - 19.5 ko
Word - 19.5 ko

Portfolio

PNG - 1.4 ko

Brèves

2 février 2017 - Règles du mouvement 2017

La CAPD du 24/01 a arrêté les règles du mouvement 2017. Dans l’ensemble, pas de gros changements. (...)