Disparition annoncée de la maison d’édition « Les Célestines »

mercredi 18 mars 2009
par  udas
popularité : 100%

Communiqué de presse :

Mise en place depuis dix ans à l’école Federico Garcia Lorca, saluée par le prix de l’innovation éducative en 2007, la maison d’édition « Les Celestines » avait pour principe de motiver les élèves et de les stimuler pour l’écriture en d’éditant leurs productions sous la forme de petits livres.

Ce vaste projet, largement plébiscité autant par les élèves, les familles, la municipalité, les médias (reportage dans le cadre de l’émission « Les maternelles » sur France 5), est aujourd’hui mise en péril par la suppression de ce qu’on appelle à l’école le « poste REP ».

Ce poste surnuméraire dans les écoles de REP (Réseau d’éducation prioritaire) permet de mener ce genre de projet : ici, une de ses missions est l’animation du comité d’édition avec des élèves représentant chaque classe.

Mais ce poste REP jouait un rôle dans de nombreux projets en lien avec la maison d’édition : la radio de l’école (comme vecteur de promotion des publications), aide personnalisée pendant la classe (aide à l’écriture et correction des petits livres).

Aujourd’hui, on nous annonce que ce poste sera supprimé dès la rentrée prochaine. Tous ces projets sont remis en cause et risquent d’être purement et simplement supprimé.

La spécificité des REP qui était jusque là prise en compte nous permettait de rendre malgré les difficultés liées au quartier, l’école accessible, source de satisfaction et de fierté pour tous. D’une manière plus général, il nous apparaît que tout est mis en place pour saper le travail d’équipe pourtant essentiel dans les REP, qui n’ont plus rien de « prioritaire ».

L’équipe enseignante
de l’école F. García Lorca
http://petitslivres.free.fr
editions.celestines@gmail.com


Brèves

6 juillet - Rythmes scolaires

Le PAS n’a pas changé de position depuis 2008 : la semaine de 4 jours est une absurdité pour les (...)

18 mai - Boycott du LSUN, appel intersyndical

Surtout, ne le remplissez pas avant d’avoir lu toutes les bonnes raisons de ne pas le faire ! (...)