Bases élève, c’est toujours la polémique

lundi 2 février 2009
par  udas
popularité : 1%

ARTICLE PARU SUR MIDI LIBRE (et réactions, plus bas...)

Bases élève, c’est toujours la polémique

RAPPEL
Alors que les avis des syndicats sont partagés sur la Base élèves, la formation de directeurs d’école au logiciel continue.
Depuis les prémices de sa création en 2004, les parents , les syndicats et les agents de l’Éducation Nationale se sont émus de l’existence de "Base élèves", ce logiciel de gestion des effectifs de la maternelle au CM2. Il semble qu’aujourd’hui les réticences perdurent à l’heure où les dernières formations des directeurs d’écoles sont en cours.
Pour le syndicat UNSA éducation, le risque d’un fichage "inquiétant" est dissipé avec le retrait de certains renseignements à donner comme l’explique Ingrid Trémouille, secrétaire départementale du syndicat : « Notre point de vue s’est stabilisé sur le fond et sur la forme. Éthiquement nous refusions les champs concernant la nationalité, la catégorie socioprofessionnelle des parents et les problèmes spécifiques des élèves. Puisqu’ils ont été retirés nous n’avons plus de raison de nous opposer à "Base élèves". »

Pour d’autres au contraire, et en particulier du côté de Jean-Luc Tornéro pour Snuipp le malaise est loin d’être dissipé. « Certes "Base élèves" a été épuré, pour l’instant... Comme nous n’avons aucune garantie quant à l’extraction possible de données et l’évolution de ce fichier. Il n’est pas acceptable de faire jouer aux directeurs d’écoles un rôle de contrôleur social. Nous demandons la suppression pure et simple du logiciel. »Un avis partagé par les directrices d’écoles rencontrées hier à la sortie de leur formation obligatoire au Lycée Alexis Monteil.
Elles ont refusé de rentrer les données de leurs effectifs dans la base arguant des inconnus et du caractère suspensif du décret du 1 er novembre dernier. « Nous sommes contre le principe même de fichage des enfants. Nous n’avons aucune certitude quand à l’évolution de ce fichier et aux administrations qui peuvent croiser les informations. L’informatique n’assure pas la sécurité des données », selon l’une d’elle.
Une autre directrice s’émeut de la situation indélicate dans laquelle elle se trouve lorsque des parents signalent par écrit leur refus de voir leur enfant inscrit dans "Base élèves". « C’est une situation très difficile, nous avons ordre de remplir " Base élèves", que nous soyons éthiquement pour ou contre. Par conséquent le rapport de confiance entre les parents et l’école est mis à mal. Pour ne pas être en faute vis-à-vis de notre hiérarchie, on sous-entend que nous devons passer outre la volonté des parents. C’est intenable moralement, sans compter que nous nous exposons à des sanctions en refusant de remplir "Base élèves". » Du côté de l’Éducation Nationale on assure la sécurité de "Base élève". En effet, chaque directeur dispose d’une clef informatique perfectionnée, protégée par de multiples codes. Sur le fond, on revendique l’utilité du programme pour la gestion des effectifs. En Aveyron, Il reste une quinzaine de directeurs d’école à former d’ici la fin de l’année.