On est mal barré !

... groupons-nous et demain...
mercredi 7 mars 2018
par  PAS 38
popularité : 1%

On est mal barré ..groupons nous et demain
Je pose une absence pour stage syndical, entendons qu’il s’agit là d’une situation qui ne relève pas d’un statut de type RIS (réunion d’information syndicale), automatiquement normalement autorisé. Une série de trois informations m’autorisent sous conditions. La dernière précise que les enfants seront obligatoirement répartis dans l’école en cas de non remplacement. Dans une école à trois classes on imagine ce que cela peut donner.
J’admets mais je constate que sous la précédente seigneurie de circonscription un remplacement était mis en place à partir du moment ou l’absence avait été autorisée.
Dois-je en conclure qu’il y a un type de fonctionnaire ouvert au syndicalisme et un type de personne non concerné.
Cela n’a rien d’extra ordinaire j’en conviens, je suis juste en alerte lorsque je vois se manifester « En marche » avec ses convictions qui excluent l’action syndicale.

Je me prépare à une réunion sur le projet d’école.. Je lis avec intérêt un guide que l’on nous a fourni , un guide de 57 pages , issu du ministère de l’éducation nationale (Dgesco/DMPLVMS, http://eduscol.education.fr, datant de 2012 et titrant : Agir sur le climat scolaire à l’école primaire.).
J’adhère aux éléments qui figurent dans ce document..Je les trouve très intéressants.. je note la présence de Eric Debardieux, sociologue ex trésorier de l’ICEM il y de cela un certain temps, grand spécialiste de situations de violence à l’école… je me permets juste un bémol de poids à mon avis.
Quelque part dans les facteurs d’ambiance apparait la « hiérarchie » avec une vague indication de 10 % d’enseignant en souffrance par rapport à cela .
Je suis automatiquement interpelé d’autant plus que, il ait fait référence à l’analyse systémique qui permet de cerner une réalité complexe ici, car multifactorielle , avec un nombre important d’acteurs appartenant à des sphères en contact .
Je suis encore interpelé par le fait que nos réunions intersyndicales du moment font justement référence aux malaises quotidiens en liens avec les obligations administratives.
Je suis encore plus interpelé lorsque je lis la revue « sciences humaines »de décembre 2017 qui titre « Professeurs des écoles sous tension., et qui fait référence à un colloque Iredu « Nouvelle gestion publique et l’évolution des conditions de travail des professeurs des écoles, quels liens ? », MSH-Dijon, 4 et 5 septembre 2017.

Peu avant je clos un dossier de classe de neige. « Super ton dossier ! » me dit-on, mais pour ce qui concerne le projet pédagogique il serait préférable que tu utilises le tableau proposé par le DSDEN. Ce en quoi je réponds « Mais dans l’application « Sortiesco » on peut fournir un document personnel. »
Cette année les exigences ont monté d’un cran. Je prends donc le doc en question avec les compétences du socle et déclinés les items du programme en correspondance. Il m’a fallu 6 heures 30 de frappe informatique pour renseigner honnêtement .
Pour redire en d’autres termes ce que je disais dans mon projet conçu hors du cadre.
Si cela n’est pas un merveilleux exemple de procédure technocratique (au mauvais sens du terme , bien sur, du type prenez du temps pour faire quelque chose de parfaitement inutile juste pour le placer dans un cadre obligé pour tous.. qui devrait en faciliter la lecture.. ouai je veux bien ) je veux bien donc, arrêter le syndicalisme.

**Et ça continu au fil des jours, avec internet et la messagerie , c’est facile d’inonder l’espace de taches diverses et avariées qui font croire à ceux qui les commanditent qu’ils sont à la pointe de leur féodocratique institution.
Bien, du calme, Monsieur notre Ministre à décidé que le temps de l’enfant ne faisait pas partie des réflexions scientifiques. Auquel cas il faut passer à autre chose.
Chance, les mairies en parallèle se voient dépouillées par la fin des contributions citoyennes que sont les taxes d’habitation, ce n’est bien sur qu’un hasard, et ce faisant, mises en difficulté elles vont tranquillement abandonner les NAP.
Et la technique actuelle des « En marche » est claire ,
on joue sur le temps pour mettre la pression , pour éviter le recul critique, les stratégies de repli…
et on fixe le 2 février pour prendre une décision pour la rentrée prochaine.
C’est super on vit dans le meilleurs des mondes.
Groupons nous et demain ….

Christian Kresay


Brèves

26 septembre 2017 - Puisque vous partez en voyage...

Chaque enseignant ou PE stagiaire (au même titre que tous les salariés ou demandeurs d’emploi) (...)

15 décembre 2016 - Le médiateur de l’EN

Le médiateur de l’Éducation Nationale
Pour qui est-ce ? Le médiateur (un par rectorat) peut (...)