Courrier à la députée de la 7ème circonscription du Rhône

lundi 22 octobre 2012
par  udas
popularité : 100%

P.A.S. 69 - 1er degré

Vaulx-en-Velin, le 10 octobre 2012






P.A.S. 69 - 1er degré

Pour une Alternative Syndicale

83, avenue du 8 mai 1945, allée 11, 69120 Vaulx-en-Velin
pas69@udas.org


Madame Hélène Geoffroy

Députée de la 7ème circonscription du Rhône




Objet : Depuis la rentrée, rien n'a changé !



Madame la députée ,


Nous tenons à vous faire part de nos observations au bout de ces quelques mois de nouveau gouvernement. Même si du temps est bien sûr nécessaire pour mener à bien les réformes, il semble que certaines urgences n'ont peut-être pas été mesurées par la nouvelle majorité.


1. L'accompagnement des élèves en situation de handicap

La mise en place de la loi de 2005 consiste toujours majoritairement en des accompagnements partiels par des personnels précaires et non formés (EVS et AVS). D'une part, la qualité de l'accompagnement n'est pas assurée pour les enfants, du fait de l'absence de formation et du peu de qualification de ces personnels. D'autre part, la nature du contrat de ces personnels est par son extrême précarité indigne de l'État, et a fortiori d'un gouvernement de gauche. De plus, six semaines après la rentrée, certains élèves ne sont toujours pas accompagnés, alors qu'ils ont une notification MDPH pour des problèmes de lenteur de procédure  administrative de recrutement ou défaut de candidature. Cet accompagnement doit être repensé de toute urgence.

Par ailleurs, il y a toujours des élèves en situation de handicap, notamment à Vaulx-en-Velin, qui ne sont pas scolarisés, faute de place dans des structures adaptées. L'état ne respecte pas son obligation de scolarisation et les élèves en situation de handicap sont victimes de discrimination.

En tant que membre de la commission des affaires sanitaires et sociales de l'assemblée nationale, nous espérons que vous porterez haut et fort cette urgence.


2. Les évaluations nationales et le flicage des enseignants

Malgré les effets d'annonces encourageants des premiers jours du gouvernement (par communiqué de presse ! ), les évaluations nationales restent le moteur essentiel du pilotage des écoles par les inspecteurs de l'éducation nationale. Nous sommes dans une politique du chiffre permanente, mettant hors jeu tout contexte humain, et chaque axe des projets d'école est basé sur les pourcentages de réussite à ces évaluations.

Elles exercent aussi leur dictature sur les projets menés par les enseignants surnuméraires accordés aux zones d'éducation prioritaire (postes REP), qui n'ont plus la liberté pédagogique pour mener des actions innovantes.

Si ces évaluations sont maintenant facultatives d'après M. le ministre, elles sont au quotidien un outil de surveillance des enseignants et un frein à la liberté pédagogique.



3. Les effectifs

Là encore, malgré les postes supplémentaires annoncés, des situations de crise perdurent, et la politique du chiffre est reine.

Ainsi une école passée de justesse sous le seuil d'ouverture pendant les vacances d'été a vu son ouverture annulée malgré une lettre du maire attestant la livraison de 70 logements dès le mois d'octobre. Mais non, le seuil n'était pas atteint le jour de la rentrée, l'ouverture fut impossible.


4. Les rythmes scolaires

Nous avons bien entendu les annonces du président de la République, mais nous n'avons rien entendu sur l'aide personnalisée. Des études ont pourtant montré qu'elles nuisent à un rythme satisfaisant pour les élèves (heures supplémentaires le soir ou le midi), et que l'effet stigmatisant prend le pas sur les progrès des élèves en difficulté. Une pédagogie progressiste doit prendre en compte les différences en permanence au sein de la classe.


En conclusion, si certains effets d'annonce sont encourageants, l'esprit sarkozyste reste très présent chez nos cadre et dans notre quotidien.

Nous comptons sur votre action pour que le changement, ce soit maintenant, et que la majorité dont vous faites partie mesure l'urgence de ces chantiers.





Pour le P.A.S.69,
Benjamin LACOUR







Documents joints

PDF - 64.1 ko
PDF - 64.1 ko